24 novembre 2012

Le passeur de Xindian

Il est juste à la sortie du métro Xindian, le terminus de la ligne, il passe les gens sur la rivière, de la presque-île à la ville, du vert vers le béton, ou du béton vers le vert, à la force de ses bras. Moi les passeurs, ça me fait toujours penser au Styx et autres histoires mythologiques, un métier alchimique. 

Ce jour-là j'ai appris qu'à Taiwan, quand deux rivière se rencontre, ce n'est pas la plus grosse qui l'emporte, comme c'est le cas en France, mais un nouveau nom est donné aux deux cours d'eau réunis. Ainsi, le fleuve Danshui n'a pas de source en propre, il naît de la réunion de trois rivières, la Xindian, la Dahan et la Keelung. 

It is just outside the metro station Xindian, terminus of the line, He passes people on the river, from green peninsula to concrete, or from concrete to green, with the only strength of his arms. Bargemen  always remind me of  the Styx river and other mythological stories, an alchemical work. 

That day I learned that in Taiwan, when two rivers meet, it is not the largest that prevails, as it is in France, but a new name is given to the two rivers mixed together. Thus, Danshui River does not have its own source, it was born of the meeting of three other rivers, Xindian, Dahan and Keelung. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire