1 juin 2012

Crépuscule

Le toit du pavillon de Guangyin, Magong, à la tombée de la nuit. Je voudrais écrire plus ici, dire tout ce qui me traverse ces jours-ci, cette lumière tombée d'on ne sait où qui me berce de sa douceur, la partager un peu. 

Une impression d'heure bleue, ce moment entre le jour et la nuit où les couleurs sont tellement parfaites que le cinéaste n'a plus besoin de filtres pour laisser tourner sa caméra. Un équilibre fragile et éphémère dans lequel le temps arrête sa courbe et laisse place à la beauté de l'instant. 

Ça fait deux ans aujourd'hui que Dimitri est parti. Parfois encore une tristesse immense m'envahit, pourtant, petit à petit, la vie reprend le dessus. Je pleure, et mes larmes renforcent ma volonté d'en découdre. Je repense à Sarah Kane qui disait qu'on se suicide quand on aime trop la vie. À ceux qui restent alors de ne pas oublier d'ouvrir les yeux en prière.


The roof of Guangyin Pavillon, Magong, at nightfall. I would like to write more here, to say what crosses my mind these days, to talk about this light coming from nowhere, coming to rock me genteelly. 

A feeling of "Heure bleue", that instant between day and night when the colors are so perfect that the filmmaker does not need filters nor lamps to keep running his camera. A delicate and fleeting balance  in which time stops its curve and gives way to the beauty of the moment. 

Today it's been two years since Dimitri left. I'm still, time to time, swept away by a great sadness, yet little by little life takes the upper hand. I cry and my tears strengthen my determination to fight. I think of Sarah Kane who said that those who commit suicide are those who loved life too much. The only thing we can do then is to keep our eyes opened as a prayer for the one who no longer exists.

2 commentaires:

  1. Anonyme2.6.12

    Merci.......manuella

    RépondreSupprimer
  2. je crois que je comprend tout à fait ce que vous éprouvez à un tel moment, pour moi, réussir à me lever assez tôt pour observer ce beau spectacle et respirer l'air frais est une véritable victoire en soi, ça fait tellement de bien au corps et à l'esprit...merci pour ce beau billet et bon courage!
    Manon

    RépondreSupprimer