28 février 2012

Chemins


J'avais une arrière grand-mère qui s'appelait Mamie Cowboy. J'en étais très proche et à la fin de sa vie elle me faisait asseoir à côté d'elle et tenait longuement ma main entre les siennes. Ma main d'adolescente entre ces deux mains de vieille dame. Je les regardais longuement, ayant le sentiment étrange qu'au delà du temps elles appartenaient à une seule et même personne, que je n'étais que le prolongement de cette femme là, son devenir. Un jour elle s'est mise à en avoir marre d'attendre la mort. Elle m'a dit "tu comprends, à quoi bon continuer si je ne peux même plus marcher." Ce jour-là je me rappelle lui avoir répondu "Ne t'inquiètes pas, moi je vais continuer à marcher pour toi." Ce fut plus ou moins la dernière fois que je lui parlai, mais depuis j'ai essayé de tenir ma promesse... 

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je viens prendre l'apéro chez vous dans 5 semaines!
      Vivement avril, vivement avril...

      Supprimer