10 janvier 2012

déménagement

février 2010

juillet 2010


décembre 2010
Quand je suis arrivée dans mon appart, il y a un an, j'étais complètement ravie par la beauté du lieu, par la chance que j'avais de pouvoir habiter là. J'ai emménagé avec un petit matelas de 10 cm et une étagère, je n'avais rien d'autre. Un apprenti philosophe passé par là m'avait ramené cette petite table pliante trouvée dans la rue, et mon bonheur était complet. J'avais la vue, la lumière, le calme, je n'avais besoin de rien d'autre. 
Petit à petit je me suis équipée, un frigo, un four, un vrai matelas, un bureau, un lit, un tapis... Mois après mois j'ai fabriqué mon cocon. Je voyais le soleil se lever quand j'ouvrais un oeil vers 5 heures du matin, je voyais les tempêtes arriver, la tour se faire envahir par les nuages puis se dégager, la nuit, je regardais la lune de mon lit, et les lumières lointaines des habitants de la montagne Yangmingshan. 
Régulièrement, le soir, des amis passaient, se posaient sur mon tapis à boire des coups et rire ensemble, à écouter de la musique jusqu'à ce que la voisine du dessous se plaigne de l'heure tardive. Parfois ils restaient pour la nuit, un ou deux avec moi dans mon lit et les autres dispersés sur le petit matelas voire un peu plus loin. À ronfler jusqu'au matin. 
Bref, j'ai vraiment aimé habiter là. 
Mais depuis quelques temps, comme je l'écris ici, je me sens aspirée ailleurs. Je voudrais une vie moins chère, plus flexible, plus mouvante. La semaine dernière, alors que je m'endormais, je me suis mise à rêver d'autre chose. J'ai attrapé mon Iphone, ouvert Tealit, et suis tombée directement sur une colloc dans le même quartier, à un loyer défiant toute concurrence. Deux jours après, je visitai les lieux, je rencontrai les habitantes, et décidai d'y déménager. Un micro changement, deux rues plus loin, sur les toits, dans un appart ouvert aux quatre vents, dans une toute petite chambre. Une vie plus modeste, un lieu plus commun, juste à côté de mon café préféré, un quotidien qui colle mieux à mes aspirations. 

Pour finir, deux photos de Grennywen prises au moment du nouvel an, moment enchanteur où pendant trois jour les lieux ont été colonisés par mes taïwanais préférés.

Ah et puis ben du coup, si il y en a qui veulent habiter dans un studio de 13 pings au rond point de Renai pour 15000nt par mois, avec cuisine et salle de bain, pas meublé mais avec une vue sur Taipei à en tomber à la renverse, ils peuvent me faire signe ici.

When I arrived in my flat, a year ago, I was completely thrilled by the beauty of the place, by the chance I had to live there. I moved in with a small mattress and a shelf, I had nothing else. An apprentice philosopher gave me this small folding table that he found in the street, and my happiness was complete. I had the view, the light, the quietness, I did not need anything else.
Little by little I got furnitures, a fridge, an oven, a real mattress, a desk, a bed, a rug... Month after month I made my cocoon. I could see the sun rise opening an eye at 5 the morning, I could see the storm coming, the tower being overwhelmed by clouds and emerging again, I watched the moon at night from my bed, and the lights of the houses in the Yangmingshan mountain.
My friends used to come in the evening, used to lay on my carpet, drinking and laughing together, listening to music until the neighbor from downstair complains. They sometimes stayed for the night, one or two with me in my bed and the others on the small mattress and everywhere around. Snoring till morning.
In short, I really liked living there.
But lately, as I often write it here, I feel drawn elsewhere. I want a less expensive, more flexible, more on the move life. Last week, while I was falling asleep, I began to dream of something else. I grabbed my iPhone, opened Tealit and discovered a collocation in the same neighborhood. Two days later, I visited the place, I met the people, and decided to move there. A micro change, two blocks away, on a roof, in a flat opened to the winds, in a tiny room. A more modest life, a more common place, right next to my favorite coffee, an everyday life that is better fit to my aspirations.

So if there's people interested to live in a 13 pings studio in Renai rd for 15000nt a month, with a kitchen and a bathroom, unfurnished but with an amazing view over Taipei City, they can let me know here.

2 commentaires:

  1. J'aimerai bien boire des coups chez toi moi aussi ! Et puis tes apparts c'est toujours beau, simple raffiné, serein, je me demande pourquoi c'est pas comme ça chez moi !! J'y arrive pas !
    bisous, je voudrais te voir en vrai un jour; Tu rentres pas en France en juin par hasard ?! Parce que moi oui !!!
    des bisous

    RépondreSupprimer
  2. Peut être est-tu tellement sereine de nature que tu n'as pas besoin de le faire sortir autour de toi pour te rassurer... Parce que moi, si ça pouvais un peu me rentrer en dedans, cette beauté, cette sérénité et ce raffinement, ça me ferait pas de mal. Juin... peu probable, sur la route du retour, entre Paris et Montréal, fais une escale à Taiwan ! Je t'attends avec de la bonne bière locale au frais.

    RépondreSupprimer