12 novembre 2011

Le vieux village

Après Qimei, petit tour sur l'île de Wangan. Il crachinait toujours et après avoir constaté que le musée sur les tortues de mer était fermé, je me suis dirigée vers le vieux village de Cunshe. La pluie a forci un peu et j'ai dû m'abriter sur le pas de porte d'une vieille maison. J'y ai avalé une petite brioche fourrée aux légumes, achetée le matin à Shanshui et deux oeufs durs achetés, eux, sur Qimei. J'ai profité de l'instant présent à humer l'air à l'abri de ma rue déserte, à casser les coquilles de mes oeufs sur les murs de corail, à observer la nature alentour et à refaire le monde en remettant les idées en ordre dans ma tête...

Passé un long moment, je suis repartie à la découverte des lieux qui étaient bien plus grands que ce que j'avais imaginé. J'y étais arrivée par la petite porte, dans un coin où, encore une fois, pas un touriste ne s'aventurait. Après une dizaine de minutes d'exploration je découvris la rue principale où les grand-mères vendaient des bouteilles de jus de fruit de cactus et d'autres réjouissances un peu moins locales. Une vieille maison, plus belle que les autres, attirait les appareils photos des visiteurs vêtus d'habits de pluie. L'histoire de cette maison, je l'ai apprise depuis, est liée au fait que ce village fut construit au centre de montagnes qui ressemblent à des pétales de lotus. Et cette maison-là, située au coeur du village, symbolise de même le coeur du lotus. (c'est la première image à droite ci-dessous)

Dans cette rue il y avait aussi un homme qui vendait de petits pendentifs en pierre fine et colorée. Je les ai contemplés longtemps avant d'en choisir quatre. 200nt$ pièce m'a dit l'homme. Je lui ai tendu un billet de 1000nt$. Il m'a regardé en grimaçant et en me disant "si tu en prends un de plus ça fera pile poil mille!". J'ai pas le gène du monnayage... J'ai rajouté à ma sélection une petite pierre violette dans laquelle est incrustée un coquillage en spirale et je lui ai laissé mon billet. 

Le fait que mon grand père joaillier soit mort dans la misère après avoir été le bijoutier le plus réputé de Rouen me rend incapable de marchander chez les artisans. De même, à chaque fois que je croise un bijoutier perdu dans une petite boutique, je ne peux m'empêcher d'y acheter quelque chose en repensant à l'atelier sombre et mystérieux dans lequel s'est évanoui cet homme que j'aimais tant. Ne me prenez pas pour une gourde sentimentale pour autant ! Ces pendentifs sont vraiment très jolis et je vais très vite les monter sur des chaînes et vous les présenter ici-même. 

Après avoir fait demi-tour et m'être perdue dans la partie moins touristique du village à la recherche de mon scooter, je suis repartie. J'ai visité vite fait la troisième attraction principale de l'île : la trace d'un pied d'immortel qui a fait une pause aux Pescadores il y a très longtemps pour faire pipi. L'idée est poétique mais de voir tous ces touristes agglutinés autour d'une marque de 20 centimètres sur un bout de rocher à se photographier, ça coupe un peu le charme. Je me suis donc vite éclipsée et ai préféré, encore une fois, retourner me perdre dans la verdure, m'y perdre tellement bien que je n'arrivais plus à retrouver, à l'heure du retour au bateau, le chemin du port, et que j'ai donc fait poireauter tout le monde dix bonnes minutes avant de débouler toute stressée et de crier à tout va 對不起!對不起!(duìbúqǐ = désolée)

Morale de l'histoire : Il suffit que je me la pète version "moi je suis pas une touriste comme les autres, Moêsieur ! Moi je mets un point d'honneur à sortir des sentiers battus, mÂdâme!" pour que le sort me rappelle que, ben oui, comme tous les autres, je ne suis pas à l'abri de conneries qui font chier tout le monde...











2 commentaires:

  1. Pierre13.11.11

    Le simple fait de lire cet article m'apaise.

    Ça fait longtemps que je n'ai pas pris de temps seul pour faire quelque chose, et ton expédition à Penghu me donne très envie d'en faire autant...


    Merci !

    RépondreSupprimer
  2. Ha ! Mais là le vent forcit de jour en jour sur Penghu. Je te parle très vite de la maison d'hôtes dans laquelle j'ai élu domicile, histoire de te convaincre un peu plus. Merci pour tes gentils messages. Ps : je le redis ici, levure de boulanger = yeast, il y en a au rayon farine des supermarchés...

    RépondreSupprimer