27 novembre 2011

au revoir Penghu

Je n'ai passé que 5 jours sur ces îles... Je vais y retourner bientôt, parce que ces 5 jours ne m'ont pas suffit, pas du tout, pas du tout. À l'époque où je suis partie, je pensais vraiment qu'une semaine au vert me remettrait les idées en place et m'aiderait à renouer avec ma réalité de fille de Taipei City, m'aiderait à aimer à nouveau cette réalité, à me sentir entière et combattive. Or, à ma grande surprise, c'est l'inverse qui s'est produit, un message clair et net inscrit dans les paysages des Pescadores en lettres d'eau et de lumière : reviens à l'essentiel, reviens à la matière, reviens à toi-même. 

Je suis née en 81, génération Mittérand, génération Sida, génération Chômage. Depuis que je suis petite on me serine que c'est comme ça et qu'il faut faire avec, que je ne suis pas à plaindre et que ça pourrait être pire, que je suis née le cul bordé de nouilles dans un pays démocratique, bref, que les dieux sont avec moi, j'ai pas mon mot à dire, je dois juste apprendre à m'accommoder de ce que la vie me donne. 

Ha ! j'y arrive pas. Je veux plus et je veux moins, je veux autre chose, je veux tout, je veux rien. Moi aussi je veux refaire le monde, moi aussi je veux de l'espoir fou, des utopies, des rêves, des miroirs aux alouettes, des convictions, des chimères...

En post-criptum je vous laisse quelques photos prises de la porte de ma chambre. Si jamais je vous avais donné envie de faire un tour par là-bas, je ne saurais que vous conseiller la 民俗 (mínsù : chambre d'hôtes) Love Penghu Homestay dans laquelle j'ai atterri, tenue par une famille locale impliquée amoureusement dans la vie de son archipel. Par ailleurs, si jamais vous voulez un autre point de vue francophone, vous pouvez visiter le blog Par là bas Taiwan, tenu par une charmante petite famille taïwano-bretonne ayant immigré sur Penghu il y a un peu plus de 3 ans. 

4 commentaires:

  1. Nicole27.11.11

    This rooftop......i really like seated at here~ i miss it.

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien, je crois que tu as reellement vu Penghu. Quand tu reviendras il faudra explorer l'est, la cote sauvage, celle delaissee des touristes. Les balades le long de l'estran d'un village a l'autre, les chasses au tresors et aux jolies photos...
    Bravo pour ton blog!

    RépondreSupprimer
  3. Nicole : let's meet there again soon ! I miss it too.

    MsieurG : merci beaucoup, je compte bien revenir et sortir des sentiers battus. J'ai adoré partir en vadrouille solitaire sur Penghu et Xiyu et y découvrir des paysages tels que la photo ci-dessus, emplis d'une discrète poésie. Je sais bien que le vrai voyage est encore à faire et qu'il me reste beaucoup de trésors à découvrir... Donc je garde mes oreilles en alerte et ne manquerai pas de venir quémander des tuyaux lors de mon prochain passage. (en échange je veux bien aider à la résurrection de votre vieille maison de mes petites mains, si besoin...)

    RépondreSupprimer
  4. Ha ha! On va te faire bosser!

    RépondreSupprimer