31 octobre 2011

l'île des sept beautés

Ou ? île de Qimei

Comment y aller ? Prendre le bateau de Magong (le mien est parti à 8h du matin et a fait deux pauses de deux heures : Qimei puis Wangan. J'étais revenue à 14h sur Penghu). En fait j'ai juste dit la veille au soir à Ajun, l'employé des chambres d'hôtes, que je voulais faire ce tour et dans la minute c'était réservé plié, plus qu'à aller se coucher pour être d'attaque le lendemain. 

Donc, au sud de l'archipel des Pescadores, il y a cette petite île de Qimei, nommée d'après le suicide de sept belles jeunes femmes qui préférèrent mourir plutôt que de tomber entre les bras des pirates japonais. Arrivée sur cette île, le ciel bas, le crachin, l'air frais qui fouette les joues, la pierre sombre des murets et des maisons, le vert de l'herbe qui ressort sur le gris des nuages, la brume... j'avais le sentiment étrange de me retrouver quelque part au sud de ma Normandie natale. Sur mon scooter je me suis promenée au hasard des petites routes, j'y serais bien restée bien plus longtemps que deux heures. Au détour d'un croisement je suis tombée sur un petit village, et dans ce petit village il y avait un homme dans une vieille maison, très belle. Il était de Taipei, mais après sa retraite avait déménagé ici et vivait seul depuis. Il m'a fait visité la maison d'à côté, entièrement restaurée, avec ses meubles traditionnels... si ça avait été à louer je crois que j'aurais signé dans la minute. Depuis que je suis rentrée à Taipei je ne rêve que de retourner sur cette île de granit où les chèvres noires vivent en liberté (au dessus elles broutent sur des tombes). 

L'attraction de l'île c'est le piège à poisson en forme de double coeur, 太可愛 (tài kě ài : trop mignon) du coup j'y ai été, entourée de cars de touristes, tout ça pour constater que c'était marée haute et qu'avec le crachin on distinguait juste au fond de l'eau le dessin des cailloux. J'ai donc vite fait demi-tour et j'ai filé me perdre dans les herbes hautes des petites routes où les cars ne passent pas. 





2 commentaires:

  1. Eva, lors de ton prochain passage a Penghu, il faudra passer prendre l'apero. On t'indiquera les coins secrets... Shhh...

    RépondreSupprimer
  2. HA !! La vérité c'est que pendant les 5 jours à Penghu j'ai regardé toutes les maisons pour voir si je n'allais pas apercevoir une cour avec des vieilles portes noires et rouges ou des étagères violettes de princesse de la forêt, ou deux enfants aux visages d'elfes bretons taïwanais... Mais je n'étais apparemment pas dans votre coin du tout, et puis je crois que vous vous étiez en voyage à ce moment là ! Mais je reviens très vite et cette fois-ci je viendrai frapper à votre porte...

    RépondreSupprimer