28 octobre 2011

30

© greenywen
Comme je le disais précédemment, j'ai trente ans. 

Tout a commencé par ce livre, Robert Filliou, nationalité poète que mes parents m'ont gentiment apporté dans leur valise. Ensuite il y a eu Searching for Everado, puis L'enchantement simple de Bobin. En trois livre j'ai basculé dans une nouvelle dizaine. À l'aube de cette nouvelles ère, loin du point de départ, un message d'espoir tinté de mélancolie se murmure à mes oreilles. 

Filliou et Bobin avaient cet âge lorsqu'ils furent happés, quittant leur vie quotidienne pour se diriger vers le maquis de la création. L'appel des mots, l'appel de l'absolu, l'appel de l'essentiel. La fin des compromis, le début de l'éveil. 

On pourrait remonter à plus loin, à un homme dans les paroles duquel je baigne depuis toujours, héritées de mes aïeux, et dont la pensée a accompagné ces deux artistes, le très-bas, Saint François. C'est à trente ans aussi que pour lui tout commença. 

Trente ans donc, et une vie en devenir. Que tirer de cette leçon là? Passer dix ans à se construire, à apprendre, à découvrir, à se formater, à travailler, à se résigner, à s'habituer au moule, tout ça pour découvrir, à la toute fin, qu'on aimait bien celle d'avant finalement, celle qui perdait tout, celle qui oubliait le temps dans les livres et dans les champs, celle qui pleurait pour un rien avant de s'émerveiller d'une plume, celle qui parlait trop, écrivait trop, pensait trop, celle qui dormait au creux de l'après-midi avant de rester éveillée toute la nuit, celle qui créait de bouts de ficelles des trucs de bric et de brac... 

Et quel sentiment étrange que celui de la retrouver là, oubliée entre les page d'un livre de bibliothèque, à l'autre bout du monde, encore plus brûlante qu'avant, ne demandant qu'à sortir et qu'à dévorer le temps passé.

pensée à déguster en écoutant Nick Drake : Bird flew by

4 commentaires:

  1. Anonyme29.10.11

    Merci pour ces beaux textes qui m'ont permis de decouvrir un pays que je ne connaissais pas, je les attends avec impatience car ils m' apportent une bouffe d'air frais qui vient de loin et qui fait du bien merci bisous manuella

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup Manue. Je pense fort à vous, toujours.

    RépondreSupprimer
  3. Cindy5.11.11

    Moi ça me fait réfléchir à l'aube de mes 30 ans... Pourtant 27 et j'en suis déjà nostalgique ! Profiter de l'âge du temps présent toujours !

    RépondreSupprimer
  4. Moi je me demande toujours si la fille que j'étais cinq ans auparavant serait surprise et fière de ce qu'elle est aujourd'hui... En général ça marche bien et ça me donne un peu de confiance en l'avenir ! Et puis si je remonte genre 10 ans en arrière c'est encore plus cool. Je me rappelle de moi à 20 ans, entrant aux Beaux-arts et rêvassant vaguement d'une carrière de metteur en scène, baratinant 3 mots d'anglais, 2 d'allemand et ne sachant pas tenir un pinceau correctement, ha ! Si on lui disait que dans 10 ans elle serait prof de français à Taiwan et parlerait anglais et chinois elle tomberait des nues ! Elle dirait même : Taiwan ? C'est quoi ça ? C'est où ? Moi parler chinois ? T'as fumé quoi ?? ^^

    RépondreSupprimer