20 juillet 2011

Politiquement correct


Une affiche dans les rues de Taipei avec différentes personnes pointant du doigt le trottoir d'en face, où une nouvelle boutique va bientôt ouvrir. Parmi ces personnes des personnalités, et parmi ces personnalités Hitler. 

Pas de doutes, je suis bien en Asie, je suis loin, très loin de l'Europe. Si loin qu'ici Hitler devient "酷" : kù (cool).

Pendant longtemps, de ça je me suis offusquée, des autocollants croix gammée et autres réjouissances en vente dans les marchés de nuit, du fait que ça ne choquait personne, du fait qu'au contraire, mon indignation faisait rire, amusait...

Maintenant j'en ai marre de m'énerver dans le vent, et ayant commencé, en miroir de cette culture taïwanaise dans laquelle je suis plongée, une réflexion analytique sur ma propre identité, je me demande : qu'y a t'il de plus choquant à coller Hitler sur une affiche plutôt que Mao, Chiang Kai Shek, Napoléon, l'empereur Showa, Lénine, Truman ou bien même le prince William (qui paye ici pour sa lignée...)

Je n'ai pas vraiment de réponse, mais pour pousser la réflexion plus loin je me demande encore... pourquoi avoir diabolisé Hitler d'une telle manière que la vue même d'une croix gammée me hérisse le poil à moi qui suis née sous Mitterand et n'ai jamais connu De Gaulle ? Pourquoi m'avoir forcée à regarder tous ces documentaires, tous ces films, toutes ces photos, à visiter tous ces musées, tous ces monuments aux morts, toutes ces plages du débarquement, et ce dès mon plus jeune âge, me plongeant dans des nuits d'insomnies sans fin à gémir assaillie par des images de charniers chaque fois que je fermais les yeux, à me sentir coupable d'un génocide que je n'avais pas commis ?

Il va sans dire que mes héros sont souvent de ceux qui se sont opposés activement au nazisme, comme par exemple Joséphine Baker ou bien Robert Filliou, et que je vénèrerai jusqu'à la fin de ma vie ces résistants qui ont un jour lutté contre cette abomination et qui, dans un élan d'humanisme, ont rédigé ce texte essentiel Les jours heureux

Mais pourquoi alors, à l'époque où je subissais ce lavage de cerveau idéologique à la sauce "éradiquons à la racine tout germe de nazisme", mon gouvernement se mettait à saper les fondements mêmes des jours heureux, laissait Le Pen prendre ses aises et inventait des mots tels que "islamisme" ou "sans-papiers", des mots qui stigmatisent, des mots qui laissent croître les fossés entre les gens, de ceux qui répètent le passé. Comment se fais-ce que malgré tout ce bourrage de crâne, aujourd'hui, une nouvelle vague de xénophobie fasciste semble renaître en Europe ? Cette éducation est un échec, quand on regarde comment des gens qui vomissent Hitler peuvent en même temps cracher sur les gitans, les roms, les immigrés ou les homos.

De même, me rappelant mon grand-père et son bleu à l'âme indélébile, je m'interroge : pourquoi est-il plus facile de parler d'Hitler que de la guerre d'Algérie ? Toujours plus facile de diaboliser les nazis que les français et les belges en Afrique, que les américains au Vietnam, au Japon, en Amérique du Sud.

Trop de questions... auxquelles une seule réponse suffit : "L'Histoire est écrite par les vainqueurs."
(je sais, c'est de Brasillach, mais c'est comme ça)

On peut s'indigner que de telles publicités existent, qu'un présentateur japonais fasse un direct avec un t-shirt pro-nazi, qu'un restaurant à la gloire du 3e Reich existe en Indonésie, qu'on puisse acheter des croix gammées un peu partout en Asie. Mais à la vérité.... c'est pas leur histoire ici, et leurs bourreaux à eux, les européens s'en soucient peu.

Difficile d'accepter que quelque part dans le monde la Shoah n'ait pas terrorisé les esprits. Qu'elle ne soit vécue que comme un événement lointain et détaché de la réalité. Difficile d'imaginer que certaines personnes ne connaissent pas le génocide des juifs, et ne voient Hitler que comme une vieille iconographie vintage dont on peut tirer du blé.

Mais à bien y regarder, si Miho fait de la pub avec le führer, d'autres le font avec Lenine, Citroën choisit Mao, les belges privilégient Ben Laden... Ne pourrait-on pas simplement dire que la pub s'accommode très bien des dictateurs et autres terroristes ? Et pour conclure sur une question ouverte : que la pub soit une machine à recycler ce genre de personnages, est-ce que ça n'en dirait pas plus long qu'on ne le voudrait sur l'état de nos sociétés ?

Je vous laisse, je m'en vais relire Debord et Barthes...

Ps : et si vous êtes à l'aise en anglais, en chinois, en espagnol, en italien, en turc, en arabe, en peul, en wolof, en malinké, en papou, en austronésien, en philippin, en irakien, en coréen et j'en oublie... en gros, si vous êtes à l'aise dans toute langue susceptible d'être parlée par un sans-papier sur le sol français faites-moi signe. J'ai un petit texte à traduire qui leur servira pour être informés de leur droit, si ils étaient arrêtés et placés en centre de rétention. Et si vous habitez en France et que vous avez Skype et l'âme humaniste... refaites-moi signe, vous pouvez les aider en laissant vos cordonnées aux services qui leur viennent en aide dans ces centres. 

3 commentaires:

  1. petite précision sur les croix gammées que l'on voit partout en Asie, c'est que cela fait partie de la culture hindouiste et cela a été récupéré par les nazis...a BALi, il y en a plein dans les temples...
    Après bon, concernant Hitler, la perception est sans doute différente car nous sommes en Asie, au musée tussaud d' HK, il est dans le musée...pour ta publicité, ils l' ont juste pris à cause du mouvement de bras...je ne pense pas qu'il s'agit de rendre HitLer cool;juste de la bétise...

    autre précision sur les belges en Afrique,ce n'est absolument plus un tabou un belgique, il n'y a qu'aller voir au musée de Tervueren la grande expo permanente sur le sujet qui est un modèle dans le genre...disons qu'en France , l'histoire est tellement politisé à gauche comme à droite que c'est quasi impossible...j'ai fait mon mémoire sur la colonisation au Cambodge et on ne peut absolument pas dire que tout était blanc ou tout noire...l'Histoire n'aime pas le manichéisme...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la précision, qui me semble juste.

    Par contre, si c'était Léopold 2 ou Polpot sur la photo et non Hitler je suis sûre que ça choquerait moins et que je n'aurais peut être même pas remarqué. Je me demande juste pourquoi, avait-on besoin de diaboliser autant Hitler. Et là je ne comprends pas ta dernière phrase : moi je pense que si, l'histoire aime le manichéisme, Hitler le grand méchant et Truman le bien gentil, Ben Laden ennemi numéro 1 et Obama défenseur du monde libre.

    On nous hypnotise à penser comme ça, bien - vs - mal, qu'on le veuille ou non, et je trouve ça difficile de réussir à sortir de ces codes, de constater que rien n'est blanc ou noir et que malheureusement l'abomination n'a rien de diabolique, elle est juste humaine.

    RépondreSupprimer